Vendredi 22 Mai, suite aux sollicitations de Messieurs Patrick CHOUX et Christophe BONNOT du Groupe Idées 21, j’ai ainsi pu échanger avec eux sur la reprise des activités des entreprises de réinsertion au sortir de la crise du Covid-19.

Rappelant à juste titre les efforts faits par le Gouvernement en direction du secteur de l’insertion depuis le début du quinquennat, j’ai été néanmoins sensible aux remarques faites par les Directeurs du Groupe Idées 21, reconnu pour le travail remarquable mené en direction des personnes les plus éloignées de l’emploi.

Pour eux, il est encore difficile de mesurer le coût de la crise sur les entreprises d’insertion dans le sens où l’impact va être très différent en fonction des activités. A titre d’exemple, à Auxerre, idées 89 avait positionné des personnes dans le bâtiment. Face à l’arrêt contraint des chantiers et la fermeture des distributeurs de matériaux, tous les salariés ont été placés en activité partielle, si bien que l’on s’attend à une reprise compliquée dans ce secteur.

Autres chiffres éloquent: 75 % des intérimaires en parcours d’insertion se sont retrouvés sans rien du jour au lendemain et à ce jour seulement 40% des chantiers ont repris leurs activités.

Avant la crise, je rappelle que le Gouvernement s’était fixé comme objectif de renforcer le dispositif d’accompagnement des personnes en insertion à 100000 personnes. Si l’on souhaite que cet objectif soit toujours d’actualité, cela nécessitera incontestablement un soutien financier de l’Etat qui pourrait passer par un fond exceptionnel financé par le budget sanctuarisé de l’IAE en 2020 et non consommé, comme le demande la Fédération des entreprises d’insertion.

Je tiens à remercier à nouveau Monsieur Patrick CHOUX, Directeur du Groupe IDEES, et Monsieur Christophe BONNOT, Directeur d’IDEES 21, pour ces échanges très constructifs et pour leur travail remarquable dans l’accompagnement des personnes les plus vulnérables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WordPress Video Lightbox