Vendredi 12 avril, j’ai organisé un atelier législatif autour de la future loi sur les mobilités.

C’est au Centre des Affaires de La Noue, au siège de l’entreprise de Monsieur Hervé LEGUAI, que Mesdames LEVEQUE, CRINQUAND, GRIFFAUD, de l’association l’œil Ou’Vert d’Arc-sur-Tille, Monsieur COMMARET, de l’association Quetigny Environnement, Monsieur MICHEA, représentant la Mairie de Longvic, Monsieur ETIEVANT pour SNCF Mobilités, Monsieur CHIMENE, ancien président du club d’entreprises Grand Sud, Monsieur MORELIERE, vice-président de la communauté de communes Norge et Tille, Madame POIVRE, vice-présidente de la communauté de communes de la Plaine Dijonnaise, ont assisté à une présentation du projet de loi d’orientation des mobilité (LOM).

Ce projet de loi s’articule autour de 4 objectifs principaux :

  • Apporter à toutes et tous et partout des solutions alternatives à la dépendance à l’usage de la voiture individuelle ;
  • Développer l’innovation et les nouvelles solutions de mobilité au service de tous et sur tous les territoires ;
  • Réduire l’empreinte environnementale des transports ;
  • Investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien.

Pour ce faire, le projet de loi répond à 3 défis :

Social : Mettre fin à l’assignation à résidence. 1 français sur 4 déclare avoir refusé une offre d’emploi ou une formation faute de pouvoir s’y rendre.

Economique : Redonner de l’attractivité aux territoires qui souffrent à travers une mobilité des personnes et des marchandises plus accessible et durable.

Environnemental : S’attaquer frontalement aux défis environnemental et sanitaire posés par la mobilité. La pollution de l’air continue de causer plus de 400 000 morts prématurées au sein de l’UE, selon l’Agence européenne de l’environnement. Les transports représentent 30% des émissions de CO2. Pour 3 Français sur 4 la circulation routière est source de préoccupation.

De plus, un plan vélo a été mis en place par le gouvernement visant à tripler la part du vélo dans nos déplacements, avec entre autres mesures le déblocage d’un fond national « mobilités activités » de 350 M€, afin d’aider les collectivités territoriales à financer des infrastructures permettant de réduire les discontinuités entre les pistes cyclables et de faciliter les franchissements dangereux.

Des propositions visant à apporter une amélioration certaine au quotidien des habitants des communes péri-urbaines et rurales du territoire ont été argumentées par les participants.

Un grand merci à tous pour leur présence, leur écoute et leur participation active sur un sujet qui intéresse chacune et chacun d’entre nous.

Merci également à Hervé LEGUAI pour son accueil chaleureux.

WordPress Video Lightbox