Samedi 10 novembre, j’ai assisté à l’assemblée départementale de l’APF France Handicap. Une cinquantaine de personnes, membres, salariés et bénévoles de l’association ont écouté le rapport d’activités de l’année 2017.

La plateforme consultative citoyenne lancée en juin 2016 par l’association a recueilli plus de 2000 contributions et a abouti à la rédaction du programme de l’APF France Handicap intitulé « 2017-2022 : Changeons de cap ! » qui compte 40 propositions prioritaires et 5 mesures phares autour de l’accessibilité, des ressources, de la compensation, de l’emploi et de l’éducation.

Pour rappel, l’APF France Handicap est un mouvement national créé en 1933 par la volonté de quatre jeunes gens atteints de poliomyélite et révoltés contre l’exclusion dont ils étaient victimes. Presque 80 ans plus tard, l’association poursuit son combat pour une participation pleine et entière des personnes en situation de handicap et leur famille dans la société.

Au cours de mon intervention, j’ai pu faire état des avancées de notre gouvernement en matière de handicap et d’inclusion dans la société :

Muriel Pénicaud, Ministre du Travail et Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, ont signé, le 12 juillet dernier, un engagement national « Cap vers l’entreprise inclusive 2018-2022″ avec l’union nationale des entreprises adaptées (UNEA), l’APF France handicap et l’UNAPEI, avec pour objectif d’accompagner les entreprises adaptées et leur permettre de jouer un rôle majeur dans la réduction du chômage des personnes handicapées. A terme, ce sont 40 000 emplois supplémentaires pour les personnes en situation de handicap d’ici 2022 !

Avec cet engagement, le Gouvernement promeut une nouvelle initiative en renouvelant son soutien aux entreprises adaptées pour un véritable changement d’échelle et une optique toujours plus inclusive au profit de ceux qui en ont le plus besoin !

Mais également, il s’engage à faciliter les trajectoires professionnelles, les passerelles entre entreprises adaptées et autres employeurs publics et privés, moderniser le modèle des Entreprises Adaptées grâce à une optique plus inclusive, un accroissement de la performance économique et une moindre dépendance aux aides de l’Etat.

Et tout cela en faisant un effort budgétaire sans précédent : En effet, les différentes aides publiques seront portées à 500 millions d’euros par an d’ici à 2022 !

Mais le problème des personnes handicapées, ce n’est pas seulement le travail, c’est aussi des projets de vie, tous différents, tous importants et c’est pourquoi depuis 2015, il existe dans de nombreux départements dont la Côte-d’Or, un dispositif qui s’appelle « Une réponse accompagnée pour tous ». Cette démarche est portée en particulier par les MDPH, les conseils départementaux, les agences régionales de santé et les représentants de l’Éducation nationale. La conduite de la démarche impulse de nouvelles façons de travailler entre acteurs institutionnels, mais surtout avec les personnes en situation de handicap et leur entourage.

Au cœur de la démarche, un droit nouveau introduit par l’article 89 de la loi de modernisation de notre système de santé est entré pleinement en vigueur au 1er janvier 2018. Il s’agit du droit pour les personnes de demander l’élaboration d’un plan d’accompagnement global (PAG).

 

C’est une étape importante pour les droits des personnes en situation de handicap. Il ne s’agit pas pour la personne de prétendre à une prestation nouvelle parmi d’autres prestations, mais de susciter un accompagnement permettant la co-construction d’une réponse réaliste et adaptée à sa situation.

 

L’enjeu est en effet d’apporter une réponse accompagnée véritablement élaborée avec la personne et son entourage.

Le projet « Une réponse accompagnée pour tous » est une mise en mouvement progressive et concertée de l’ensemble des acteurs d’un territoire. Elle se généralise ainsi dans une dynamique de co-responsabilité des acteurs afin d’être au rendez-vous de la réponse aux situations sans solution.

Autre avancée, annoncée par Emmanuel Macron :

Le décret portant sur la revalorisation exceptionnelle de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) à 860 € par mois à compter du 1er novembre 2018 vient de paraître.

Il s’agit de la première étape de la revalorisation de l’AAH qui sera portée à 900 € par mois en novembre 2019 conformément aux engagements présidentiels.

L’AAH est perçue par environ 1 130 000 allocataires.

Cette mesure, qui constitue un acte fort et vise à aider les personnes dont le handicap limite ou interdit l’accès à l’emploi, représente un investissement financier en faveur des personnes handicapées de plus de 2 milliards d’euros sur l’ensemble du quinquennat.

Le gouvernement entend ainsi poursuivre son engagement total en faveur de la participation à la vie sociale des personnes en situation de handicap.

 

Même si toutes ces mesures sont sans doute encore perfectibles, jamais un gouvernement n’avait autant fait pour le handicap, pour l’inclusion !

 

 

WordPress Video Lightbox